Diminuer sa taxe foncière et taxe d’habitation : astuces et conseils pour alléger la facture

La taxe foncière et la taxe d’habitation représentent une part importante des dépenses annuelles des ménages français. Les propriétaires et les locataires sont souvent à la recherche de solutions pour réduire ces charges fiscales. Dans cet article, nous vous présentons différentes astuces et conseils pour diminuer le montant de ces taxes et ainsi alléger votre facture.

Comprendre les bases de calcul de la taxe foncière et de la taxe d’habitation

Pour optimiser le montant de ces taxes, il est important de bien comprendre leur mode de calcul. La taxe foncière concerne uniquement les propriétaires et est basée sur la valeur locative cadastrale du bien immobilier, c’est-à-dire le loyer théorique que pourrait percevoir le propriétaire s’il louait son bien. Cette valeur est ensuite multipliée par un taux fixé par les collectivités locales.

La taxe d’habitation, quant à elle, est due par l’occupant du logement au 1er janvier de l’année en cours, qu’il soit locataire ou propriétaire. Son calcul repose également sur la valeur locative cadastrale du logement, à laquelle s’ajoutent divers abattements en fonction de la situation familiale et des revenus du foyer fiscal. Le montant obtenu est ensuite multiplié par un taux déterminé par les collectivités locales.

Demander des exonérations et des dégrèvements

Certaines situations ouvrent droit à des exonérations ou des dégrèvements de taxe foncière et de taxe d’habitation. Par exemple, les personnes âgées de plus de 75 ans ayant de faibles revenus peuvent bénéficier d’une exonération totale ou partielle de ces taxes. De même, les personnes handicapées ou invalides peuvent également être exonérées sous certaines conditions.

Pour la taxe d’habitation, il existe également des dégrèvements pour les foyers modestes. Depuis 2018, une réforme est en cours pour supprimer progressivement cette taxe pour 80 % des ménages français. Les taux de dégrèvement sont fixés à 30 % en 2018, puis à 65 % en 2019 et enfin à 100 % en 2020 pour les ménages concernés.

Contester les bases de calcul

Il est possible de contester les bases de calcul de la taxe foncière et de la taxe d’habitation si vous estimez qu’elles ne sont pas justifiées. Pour cela, vous devez adresser une réclamation au centre des finances publiques dont dépend votre logement. Vous pouvez notamment contester la valeur locative cadastrale si elle vous semble trop élevée par rapport au marché locatif local ou si votre logement a subi des travaux ayant diminué sa valeur.

Pour la taxe d’habitation, vous pouvez également vérifier que les abattements auxquels vous avez droit ont bien été appliqués. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez demander leur prise en compte.

Opter pour des travaux d’économie d’énergie

Effectuer des travaux d’économie d’énergie dans votre logement peut vous permettre de bénéficier d’une exonération temporaire de taxe foncière. En effet, certaines collectivités locales accordent une exonération de 50 % ou de 100 % pendant 5 ans aux propriétaires qui réalisent des travaux visant à améliorer la performance énergétique de leur habitation.

Cette mesure concerne notamment l’isolation thermique, l’installation de systèmes de chauffage performants ou encore l’utilisation d’énergies renouvelables. Ces travaux peuvent également donner droit à des aides financières, telles que le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ou l’éco-prêt à taux zéro.

Adapter son mode de vie et ses choix immobiliers

Pour réduire le montant de votre taxe foncière et de votre taxe d’habitation, vous pouvez également adapter votre mode de vie et vos choix immobiliers. Par exemple, choisir un logement plus petit ou situé dans une commune où les taux d’imposition sont moins élevés peut entraîner une diminution significative du montant de ces taxes.

De même, si vous êtes locataire, privilégiez les logements meublés plutôt que vides : la taxe d’habitation est en effet due par le propriétaire pour les locations meublées, et non par le locataire. Enfin, pensez à déclarer votre changement de situation familiale auprès des services fiscaux, car cela peut avoir un impact sur le montant de vos taxes (présence d’enfants à charge, mariage, etc.).

En adoptant ces différentes astuces et conseils, vous pouvez ainsi diminuer le montant de votre taxe foncière et de votre taxe d’habitation. N’hésitez pas à vous renseigner auprès des services fiscaux pour connaître les dispositifs existants et vérifier que vous bénéficiez bien des exonérations et dégrèvements auxquels vous avez droit.